Absence de Montpellier du Fonds de soutien aux commerçants : la preuve des incidences néfastes pour la ville de la gestion chaotique du Maire actuel

A la suite de l’absence de Montpellier du fonds de soutien aux commerçants de centres-villes impactés par le mouvement des « Gilets Jaunes », Michaël Delafosse, Président du groupe d’opposition municipal « La Gauche pour Montpellier » et Président de Destins Montpelliérains, réagit.

« Nous venons d’apprendre que Montpellier n’a pas été retenue pour le fonds de soutien aux commerçants de centre-ville car la Ville n’a pas déposé de dossier ! Alors que Montpellier a été fortement touchée, cette annonce incompréhensible trouve son explication dans l’inaction du Maire actuel. Plutôt que de s’occuper de cette question, il a, en effet, préféré traiter en priorité les dissensions au sein de sa majorité en répudiant notamment son adjointe au commerce Brigitte Roussel-Galiana qui, comme je l’avais également proposé, réclamait des mesures d’urgence pour les commerces. 

Je dénonçais justement hier en Conseil municipal les conséquences qu’avait pour la bonne marche de notre ville ce jeu de chaises musicales permanent qui semble amuser le Maire sortant. Les Montpelliérains ont désormais malheureusement la preuve des incidences néfastes pour la ville de la gestion chaotique du Maire actuel. Quand on passe son temps à diviser plutôt qu’à rassembler, à opposer plutôt qu’à apaiser, on ne produit rien de bon pour notre ville.

J’ai, à plusieurs reprises, effectué des propositions pour notre centre-ville que je rappelle brièvement : un grand plan d’accessibilité facilitant tous les moyens de déplacement ; un dispositif d’aide spécifique pour les commerces comme l’exonération des redevances d’occupation des terrasses ou l’organisation d’événements festifs exceptionnels ; une priorité aux actions de propreté ; le refus de la construction de mètres carrés supplémentaires sur les nouvelles zones comme ODE ; une stratégie de valorisation de l’Ecusson s’appuyant sur une candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’heure n’est plus aux tergiversations et aux divisions stériles. Le Maire actuel doit comprendre qu’il ne peut pas faire comme « bon [lui] semble », tel qu’il le déclarait encore hier en Conseil municipal, mais qu’il doit associer l’ensemble des forces vives montpelliéraines pour tenter de rattraper d’urgence la situation auprès du Gouvernement. »